Les « States », un défi pour la femme africaine?

Updated: Aug 11, 2019


Referrez-vous au blog Les « States »: Abandonner n’est Pas Africain, pour la première partie de ce texte.


Ici, permettez-moi de m’adresser directement à la femme africaine. Bien entendu, les points évoqués pourront également s’appliquer à l’homme si voulu.


Alors, femme africaine

Voici ce que je partage avec vous.


Les États-Unis appartiennent

À la femme africaine combattante,

Ambitieuse, éduquée et indépendante.

À celle qui,

Ne craint ni la douleur ni la solitude.

À celle qui,

Vêtue d'un esprit de tonnerre,

Équipée de sang de guerrière,

Éffraie les tempêtes

Et ose dominer l'échec.


En arrivant aux « States », soyez plus qu’ambitieuse. Portez votre couronne de reine (oui, vous êtes une reine) et apprêtez-vous à vaincre les combats. Ce n’est pas une fiction, mais une réalité certaine qui vous attends à l’aéroport.


Soyez flexible dans vos décisions si vous ne l’étiez pas avant. Les occasions qui se présenteront à vous, vous sembleront insultantes et même impies à l'œil nu. Toutefois, ne soyez pas trop rigide. Ne dites pas : « Je n'ai pas été élevée comme ça ? » ou « On ne fait pas ça dans ma famille. » Prenez le temps d'examiner toutes éventualités avant de les rejeter.

Une jeune femme tenait absolument à épouser un homme de son village qu’elle ne considérait même pas ceux d'une autre ethnie. Après avoir été humiliée et déçue par ceux-là de son village qu'elle rencontra ici, à quarante-cinq ans aujourd'hui, elle se résigne à aimer celui qui se présente, importe l'origine ou la couleur de peau. Voilà des années perdues à cause d'une idéologie intransigeante.


Une autre refusa de faire du ménage pour gagner sa vie car elle pensait qu’elle était assez éduquée, donc elle trouverait de l’emploi facilement. C’est après deux ans de galère, elle comprit que parfois pour arriver à destination, il faudrai passer par des <petits boulots>. Il est mieux de guarder un esprit ouvert, de s’ajuster aux changements - à la nouvelle tendance. S'adapter, c'est faire des concessions. Cependant, concession n'est pas nécessairement compromission.


Un côté précieux de ce pays, est que vous pouvez vous épanouir dans tous les domaines, sans exceptions. Vous pouvez vraiment devenir ce que vous voulez. Ce sera surement être une tâche difficile à exécuter parfois, mais prenez votre mal en patience. Si vous persistez, vous vous réjouirez des résultats désirés. Comme conseil, pensez à modifier votre schéma d'exécution si les choses deviennent étouffantes ou optez pour un autre choix de carrière si possible. Il peut y avoir plusieurs chemins pour arriver à une destination.

Je ne demande surtout à personne de persister dans une relation amoureuse ou un job qui ne vous valorise pas. Je parle d'un souhait de devenir docteur, avocate, infirmière, actrice, écrivaine, journaliste, commerçante, chanteuse, danseuse, ingénieure, chef de cuisine, ou quel que soit la profession à laquelle vous aspirez.

En Amérique, les hommes comme femmes peuvent avoir les mêmes charges. Cette histoire qu’ « un homme doit tout faire pour moi », meurt arrivant ici (du moins dans la majorité des temps). Tout le monde se cherche. Alors, cherchez-vous d’abord. Découvrez votre potentiel et utilisez-le. Refusez la dépendance.


Pour celles qui sont célibataires ou monoparentales par exemple, ne soyez pas distraites par des déceptions amoureuses. Si un homme vous abandonne, soyez convaincue que vous en trouverez un autre peu importe le temps que cela prendra. Pour celles qui sont en couple, rappelez-vous de vos désirs avant les responsabilités. Être une mère ou une épouse n’est pas forcement une profession à laquelle vous êtes appelées toute votre vie. Vous vivez pour une raison donnée. Trouvez ou retrouvez-la.


Bien sûr, ce n’est pas mauvais d’aimer quelqu’un. Ce n’est pas interdit non plus de se battre pour sauvegarder une relation. Au contraire, c’est à votre avantage de bénéficier d’un soutien, mais rassurez-vous que celui-ci ne vous éloigne pas de votre destin.

Construisez votre avenir. Vos rêves vous attendent. Le rêve est l’essence de la vie car sans lui, nous deviendrons des femmes sans direction, sans vision, malheureuses et insatisfaites. Aussi, bien que difficile pour la plupart de temps, battez-vous afin de les réaliser.


Ne permettez pas à l’adversité de vous effrayer. N'ayez pas peur de l’échec. L’échec est tout simplement une preuve que vous avez essayée, maintenant vous devez faire mieux. Toute chute n'est pas mauvaise. Parfois, l'adversité n'est qu'un passage nécessaire pour vous créer un chemin ou vous ouvrir des portes vers une vie plus fructueuse.

Si aucune place ne vous embauche pour une raison ou pour une autre, ne vous sous-estimez pas. N'abandonnez pas. La vie facile n'existe pas, surtout pas aux « States ». Retenez qu’il y a toujours une solution à un problème. Le combat ne s'arrête que lorsque vous avez trouvé la solution. Songez à devenir votre propre porte de sortie. Embauchez-vous vous-même, en voilà une idée !

Vous allez apprendre à beaucoup pardonner. Je vous conseillerai de commencer dès maintenant. Dans un pays aussi individualiste, malheureusement, il y aura beaucoup épisodes de déception, surtout par les proches.


Maryse, une femme aimable, empreinta ses documents de travail à Solange, une sœur africaine vivant en manque de situation régulière. Cette dernière se permit d’ouvrir des comptes à crédit à la banque sous le nom de Maryse sans le lui informer. A la fin, incapable de repayer, les dettes retombèrent sur Maryse.


Sandrine qui perdu son statut d’étudiante fut menacée par la mère de l'enfant de son ex. La dernière, frustrée de voir Sandrine toujours dans la vie du monsieur et par conséquent, autour de son enfant, voulu informer l'immigration afin que Sandrine soit déportée. Donc, restez vigilante et pardonnez pour avancer.


Priez mais agissez aussi. Dieu ne descendra pas du ciel pour résoudre vos problèmes. En ce qui le concerne, Il vous a déjà tout donné. Rappelez-vous, vous êtes ou serez la solution à vos soucis.